Résultat de votre recherche

Travailler en Thaïlande : ce qu’il faut savoir

Posté par Louis Cousin sur 19 janvier 2018
| 0

Avec son taux de chômage très bas et son puissant dynamisme économique, le Pays du Sourire est la 2ème économie d’Asie du Sud-Est et constitue une véritable opportunité pour les travailleurs étrangers qui souhaitent s’installer en Thaïlande.

Dans cet article, nous vous présentons quelques points essentiels sur le marché du travail thaïlandais afin d’en savoir plus sur l’emploi, la recherche de logement, les salaires ainsi que de la législation concernant l’accès à l’emploi des étrangers en Thaïlande.

 

Les spécificités du marché du travail en Thaïlande

Si vous partez en Thaïlande, il vous suffit de marcher quelque temps dans n’importe quelle ville pour constater que certaines personnes sont spécifiquement embauchées pour agiter une banderole publicitaire ou balayer une rue. En Thaïlande, il n’y a pas de sous-métier, cela explique en partie le très faible taux de chômage !

Des métiers interdits aux étrangers

Pour nous, étrangers, il est impossible de s’improviser vendeur de rue, commerçant dans un marché urbain ou encore chauffeur de taxi. En effet, en Thaïlande, certaines professions sont interdites aux étrangers, principalement dans le secteur agricole, l’artisanat, les métiers juridiques et certains services. Un décret Royal datant de 1979 a d’ailleurs dressé une liste des 39 activités interdites aux étrangers.

Les métiers recherchés

Cela ne vous empêche pas de postuler dans des entreprises thaïes, voire françaises ou étrangères ! Les profils commerciaux et les ingénieurs intéressent beaucoup les employeurs – en somme, les professions intellectuelles supérieures et qualifiées. De plus, si vous avez de l’expérience dans l’hôtellerie et la restauration, vous aurez de grandes chances de trouver un emploi en Thaïlande.

Enfin, si vous parlez plusieurs langues vous disposerez également d’un atout majeur.

La recherche de logement

Si vous recherchez un logement en Thaïlande, voici un de nos conseil : si vous souhaitez acheter un appartement, faites attention à sa localisation par rapport à votre lieu de travail. Par exemple à Bangkok, s’il est trop éloigné de votre habitation, vous serez confronté à passer plus d’une heure dans les transports en commun ou dans le trafic routier dense dû au grand nombre d’embouteillages.

Le salaire en Thaïlande

Le salaire moyen thaïlandais s’élevait en 2016 à 300 THB, soit 7,60€ par jour, ce qui explique le faible coût de la vie.

En tant qu’expatrié, le salaire minimum légal est de 50 000 THB par mois, soit 1 270€, l’équivalent de notre SMIC français. Cela est un gros avantage puisque aurez un revenu largement supérieur à celui d’un revenu thaï, et donc un plus grand pouvoir d’achat. De plus, si vous avez une profession qualifiée, vous profiterez d’un revenu bien meilleur avec un budget suffisant pour passer de belles vacances à Pattaya, Koh Samui ou Phuket.

 

La législation pour travailler en tant qu’étranger

D’un point de vue légal, certaines choses se compliquent pour les étrangers. Explications.

Des documents obligatoires

Il est obligatoire en tant qu’étranger de disposer d’un visa non-immigrant B et d’un permis de travail fourni par l’employeur. Ces deux documents sont longs à obtenir et nécessitent beaucoup de justificatifs. De plus, il faut penser à faire renouveler votre permis de travail qui n’est au départ valable que 3 mois.

Attention !  Travailler sans Work Permit est passible d’une amende allant jusqu’à 2 600€ et 5 ans de prison. Du côté de l’employeur, la tâche n’est pas plus aisée…

Que se passe-t-il pour l’employeur ?

Une entreprise thaïlandaise doit pouvoir justifier de l’emploi d’au moins sept thaïlandais par travailleur étranger. C’est-à-dire qu’une entreprise ayant embauché 3 travailleurs étrangers, a l’obligation d’embaucher 21 travailleurs thaïlandais. Autant dire que la Thaïlande est très protectionniste vis-à-vis de son marché de l’emploi.

Dans tous les cas, assurez-vous que votre employeur respecte la loi !

La protection sociale

Vous devez également vous renseigner sur votre statut concernant la protection sociale. Il en existe deux : celui de « détaché » qui vous rattache à la sécurité sociale française dans le cas d’un emploi pour une société française, et celui d’« expatrié » où vous dépendrez du régime thaïlandais dans le cas d’un travail de plus de 6 ans dans une société thaïlandaise.

 

Thaï Property Group vous conseille également de vous affilier à la Caisse des Français à l’Etranger (CFE) qui propose des assurances maladie, invalidité, chômage, vieillesse et maternité, et de vous inscrire sur le site web du gouvernement français : pastel.diplomatie.gouv.fr ; pour disposer du meilleur suivi possible en cas de problème dans le pays.

Laissez une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

029031ef86d2b0848570528c8667c7dd,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,